EMDR : Un aperçu du déroulement de la thérapie

Partager

EMDR
Résumé : Le traitement par EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une approche révolutionnaire dans le domaine de la psychologie, visant à traiter les traumatismes en utilisant des mouvements oculaires, des sons, ou des tapotements pour faciliter la retraitement des souvenirs douloureux. Ce blog explore les huit phases de l’EMDR, détaillant chaque étape du processus, de la préparation à la réévaluation, et comment elles contribuent à transformer les expériences traumatisantes en résilience positive.

Plan de l’article

 

 I. Le Processus Thérapeutique EMDR

 a)Début de la Thérapie

    • Focus sur un événement spécifique
    • Identification des croyances et émotions négatives

 b) Techniques et Méthodes

    • Mouvements oculaires, sons, et tapotements
    • Observation et gestion des réactions du patient

 c) Contrôle et Sécurité du Patient

    • Maintien du contrôle par le patient
    • Répétition et ajustement des techniques

 d) Durée et Structure des Séances 

    • Durée typique d’une séance
    • Nécessité de multiples séances

 

 II. Objectifs Globaux 

 a) Traitement des Traumatismes

    • Efficacité sur les expériences traumatiques
    • Intégration de nouvelles expériences positives

 b) Protocole en Trois Étapes

    • Souvenirs passés, perturbations actuelles, et actions futures.

 

III.Approfondissement du Traitement 

 

a) Rôle 

    • Processus d’apprentissage et intégration mnésique
    • Élimination des émotions et croyances inappropriées

b) Phases & détails

      1. Histoire et Planification
        • Collecte d’informations et élaboration du plan de traitement
      2. Préparation
        • Établissement de la confiance et transmission des techniques
      3. Évaluation
        • Évaluation des croyances négatives et introduction des positives
      4. Désensibilisation
        • Traitement des émotions perturbantes et exploration des souvenirs
      5. Installation
        • Renforcement des croyances positives
      6. Body Scan
        • Identification et traitement des tensions corporelles
      7. Clôture
        • Assurer une fin de séance positive et informative
      8. Réévaluation
        • Suivi et ajustement du traitement

 c) Rôle des modèles passés, présents et futurs

 

 Conclusion

Résumé des Bénéfices

    • Avantages de l’EMDR comme outil thérapeutique complet

 


I. Le Processus Thérapeutique EMDR

Une fois thérapeute et patient d’accord sur la pertinence de la thérapie EMDR, les premières séances se concentreront sur la définition des objectifs du patient et le renforcement de sa capacité à gérer sa détresse.

 a) Début de la Thérapie

Focus sur un événement spécifique

Lorsque le patient est prêt à commencer la thérapie EMDR, il sera invité à se focaliser sur un événement spécifique, à visualiser l’image associée.
Identification des croyances et émotions négatives
puis à identifier la croyance, l’émotion négative et la sensation corporelle qui s’y rattachent. Après le traitement, la capacité à se concentrer sur une croyance positive en remplacement des émotions ou croyances négatives antérieures confirmera l’avancée de la thérapie et la résolution du problème.

 b) Techniques et Méthodes

Mouvements oculaires, sons, et tapotements

Pendant que le patient se focalise sur l’événement perturbant, le thérapeute réalise des séries de mouvements oculaires latéraux, de sons, ou de tapotements.

Observation et gestion des réactions du patient

À la fin de chaque série, le patient est encouragé à observer l’évolution de ses pensées, de ses opinions, de ses images, de ses émotions, ou de ses croyances associées à l’événement travaillé.

 c) Contrôle et Sécurité du Patient

Maintien du contrôle par le patient

Le patient maintient un contrôle absolu et peut demander au thérapeute d’arrêter à tout moment si nécessaire.

Répétition et ajustement des techniques

Les séries de mouvements oculaires, de sons ou de tapotements sont répétées jusqu’à ce que l’expérience devienne moins perturbante.
La thérapie EMDR peut s’intégrer dans une thérapie verbale classique, servir de complément à une autre approche thérapeutique ou être utilisée en tant que traitement autonome.

 d) Durée et Structure des Séances EMDR

Durée typique d’une séance

Une séance classique de thérapie EMDR dure généralement entre 60 et 90 minutes.

Nécessité de multiples séances

Il peut être nécessaire d’avoir une ou plusieurs séances pour traiter une expérience traumatique.

 

II. Objectifs Globaux de l’EMDR

 a) Traitement des Traumatismes

Efficacité sur les expériences traumatiques

Intégration de nouvelles expériences positives

L’objectif de la thérapie EMDR est de traiter efficacement les expériences traumatiques à l’origine de difficultés, tout en intégrant de nouvelles expériences libérées de leur charge émotionnelle. La durée du traitement EMDR des traumatismes varie en fonction de l’histoire du patient.

 b) Protocole en Trois Étapes

Souvenirs passés, perturbations actuelles, et actions futures

Pour traiter complètement un traumatisme avec l’EMDR, un protocole en trois étapes est suivi pour soulager les symptômes et aborder l’image clinique globale. Ces trois étapes sont les suivantes:
  1. souvenirs passés
  2. perturbations actuelles
  3. actions futures
Bien que la thérapie EMDR puisse donner des résultats plus rapides que d’autres formes de thérapie, la rapidité n’est pas l’objectif principal de ce traitement, car chaque patient a des besoins spécifiques. Par exemple, un patient peut nécessiter plusieurs semaines pour établir un sentiment de confiance suffisant (Phase 2), tandis qu’un autre peut avancer rapidement à travers les six premières phases du traitement pour mettre en lumière des aspects plus profonds nécessitant une attention particulière.

III.Approfondissement du Traitement EMDR

a) Rôle 

Le terme « traiter » ne se limite pas à la discussion d’un événement traumatisant. En réalité, « traiter » englobe la mise en place d’un processus d’apprentissage visant à favoriser l’intégration adéquate des expériences difficiles dans la mémoire du patient.
Processus d’apprentissage et intégration mnésique
En d’autres termes, ce qui est bénéfique pour lui lors d’une expérience sera assimilé et enregistré avec les émotions appropriées dans son cerveau, le guidant ainsi de manière constructive à l’avenir.

Élimination des émotions et croyances inappropriées

Les émotions, croyances et sensations corporelles inappropriées sont écartées. Les émotions, ressentis et comportements négatifs découlent souvent d’expériences passées non résolues, entrainant des croyances limitantes et négatives, de l’égarement et de la confusion.
L’objectif de la thérapie EMDR est de conduire vers une meilleure compréhension, des émotions positives, et des perspectives encourageant des comportements sains et des interactions bénéfiques.

b) Phases 

Details des huit phases 

La thérapie EMDR se compose de huit phases : découverte de l’histoire initiale et planification du traitement, préparation, évaluation, désensibilisation, installation, exploration corporelle, clôture et réévaluation.

 Phase 1: Histoire et planification

Collecte d’informations et élaboration du plan de traitement

Cette première étape nécessite généralement 1 à 2 séances en début et peut se prolonger tout au long du processus, surtout si de nouveaux problèmes surgissent. Lors de la phase initiale du traitement, le thérapeute recueille un historique détaillé du patient et conçoit un plan de soins. Cette étape implique une exploration approfondie de la problématique spécifique à l’origine de la thérapie, ainsi que des comportements et symptômes qui en découlent. Avec ces données, le thérapeute élabore un plan de traitement détaillé identifiant les objectifs spécifiques à traiter lors de l’EMDR :
  • Les événements passés ayant causé le problème.
  • Les situations actuelles générant du stress,
  • Les compétences ou comportements clés que le patient doit acquérir pour son bien-être futur.
L’une des caractéristiques remarquables de l’EMDR réside dans le fait que le patient n’est pas tenu de détailler ses souvenirs perturbants pour tirer avantage du traitement. Alors que certaines personnes se sentent à l’aise en donnant des précisions, d’autres préfèrent une approche plus globale. Par exemple, face à la question du thérapeute : « Quel événement vous a fait ressentir de l’insignifiance et de l’inutilité ? », le patient pourrait répondre simplement : « C’était quelque chose que mon frère a fait. » Ces informations se révèlent suffisantes pour que le thérapeute puisse identifier et cibler l’événement lors de la séance d’EMDR.

 Phase 2: Préparation

Établissement de la confiance et transmission des techniques

Pour la plupart des patients, cette étape nécessite entre 1 et 4 sessions. Pour d’autres avec des antécédents traumatisants ou certains diagnostics, un temps plus long peut s’avérer nécessaire. Pendant cette phase, le thérapeute transmet des techniques spécifiques pour aider à gérer efficacement toute perturbation émotionnelle. Une fois maîtrisées, il est possible de passer à l’étape suivante.
Un facteur important qui entrave les chances de guérison mérite d’être souligné :
L’un des objectifs principaux de la phase préparatoire consiste à instaurer une relation de confiance entre le patient et le thérapeute. Même sans aborder les souvenirs perturbants, un manque de confiance du patient envers son thérapeute pourrait altérer la précision de ses sensations et des évolutions ressenties (ou non) entre les séances de stimulation bilatérale durant l’EMDR. D’autre part, si le patient cherche à se conformer à son thérapeute en prétendant une amélioration qui n’existe pas, cela n’encourage pas le processus thérapeutique.
Si le patient n’est pas motivé pour entreprendre une thérapie et cherche seulement à faire plaisir ou satisfaire son conjoint ou un membre de sa famille qui lui a demandé de suivre cette démarche, alors aucune thérapie ne pourra efficacement résoudre son traumatisme.
Durant la phase préparatoire, le thérapeute présente la théorie de l’EMDR, explique le déroulement du traitement et clarifie les attentes de la personne pendant et après la thérapie. Il guide aussi le patient à travers diverses techniques de relaxation pour calmer toute perturbation émotionnelle potentielle pendant ou après une séance.
Comme dans toute thérapie, le thérapeute joue le rôle de facilitateur et de guide. Bien conscient des douleurs, des besoins et des déceptions, il est en mesure d’aider à atteindre un objectif partagé.
La thérapie EMDR va bien au-delà des simples mouvements oculaires. Un thérapeute formé par les associations EMDR Europe ou EMDRIA possède l’expertise pour appliquer les procédures adaptées, stabiliser et faciliter le processus thérapeutique. L’un des buts de la thérapie EMDR est de garantir que le patient puisse prendre soin de lui-même.

 Phase 3: Évaluation

Évaluation des croyances négatives et introduction des croyances positives

Durant cette phase, le patient est incité à aborder chaque objectif de manière contrôlée et standardisée pour un traitement efficace. Le traitement ne se restreint pas à la discussion (consultez les parties sur le retraitement ci-dessous). Le thérapeute EMDR identifie les différents aspects de l’objectif à traiter.
Pour le patient, le premier pas consiste à choisir une image précise ou une représentation mentale de l’événement identifié lors de la Phase Un, reflétant le souvenir de la manière la plus précise possible. Ensuite, il sélectionne une déclaration exprimant une croyance négative associée à cet événement. Même si le patient sait rationnellement que cette déclaration est fausse, il doit y prêter attention. Ces croyances négatives traduisent les émotions perturbatrices persistantes sous forme verbale. Les pensées négatives courantes incluent des affirmations telles que « Je suis impuissant(e) », « Je suis sans valeur », « Je ne suis pas aimable », « Je suis sale », « Je suis mauvais(e) », « Je suis coupable », « Je ne mérite pas de vivre », etc.
Le patient choisit une affirmation positive à adopter, exprimant un sentiment de contrôle interne, tel que « Je suis précieux, aimable, une personne de valeur » ou « Je suis capable de réussir ». Par exemple, après une catastrophe naturelle, une émotion dominante de peur peut conduire à la pensée négative : « Je suis en danger », tandis que la pensée positive pourrait être : « Je suis en sécurité à présent ». Considérer « Je suis en danger » comme une pensée négative est justifié, car la peur est inappropriée – elle est figée dans le système nerveux, alors que le danger est passé. Ainsi, la pensée positive devrait refléter ce qui est adéquat dans le présent.
Le thérapeute demandera ensuite à la personne d’évaluer l’intensité de sa conviction en une croyance positive en utilisant l’échelle de validation de la cognition (VOC) de 1 à 7, où « 1 » signifie « complètement faux » et « 7 » signifie « complètement vrai ».
La note attribuée exprime les sentiments de la personne plutôt que ses pensées. Même si nous pouvons rationnellement identifier un problème, nos actions sont principalement influencées par nos émotions et ressentis.
Durant la phase d’évaluation, le patient reconnaît les émotions négatives comme par exemple la peur et la colère, ainsi que les sensations physiques telles qu’une tension dans l’estomac ou des mains froides liées à l’objectif.
Il évalue également les croyances négatives en utilisant l’échelle des Unités Subjectives de Perturbation (SUD). Cette échelle mesure le degré de perturbation de : 0 (absence de perturbation) à 10 (maximum) pour évaluer les émotions du client.
L’objectif du traitement EMDR dans les étapes ultérieures est de diminuer les scores de perturbation SUD tout en augmentant les scores de croyance positive VOC.

 Réévaluation

Pour un seul traumatisme, le retraitement se fait généralement entre une à trois séances. Si cela prend plus de temps, on observe une amélioration entre temps.
Les phases une à trois établissent les fondements du traitement complet et du retraitement des événements spécifiques.
Bien que des mouvements oculaires (ou des tapotements ou des sons) soient utilisés dans les trois phases suivantes, ils ne représentent qu’un aspect d’une thérapie complexe.
L’approche en huit étapes permet à un thérapeute EMDR expérimenté de maximiser les effets du traitement de manière logique et standardisée. Cela aide également patient et thérapeute à suivre les progrès à chaque séance.

 Phase 4: Désensibilisation

Traitement des émotions perturbantes et exploration des souvenirs

Cette phase se concentre sur les émotions et les sensations perturbantes ressenties par le patient, telles qu’évaluées par les SUDs. Elle explore les réactions de la personne (y compris d’autres souvenirs, idées et associations éventuels) au fur et à mesure que l’événement en question évolue et que ses éléments troublants s’atténuent.
Cette étape vise à repérer et résoudre les événements passés similaires liés à la situation. En conséquence, le patient peut dépasser ses objectifs initiaux et guérir au-delà de ses attentes.
Durant la thérapie de désensibilisation, le thérapeute guide la personne à travers une série de mouvements oculaires, de sons ou de tapotements, l’aidant à recentrer son attention jusqu’à ce que la détresse soit réduite à zéro (ou à 1 ou 2 selon sa capacité d’acceptation).
En partant de l’événement principal, différentes connexions mémorielles sont explorées. Par exemple, un souvenir douloureux peut entraîner d’autres souvenirs liés. Le thérapeute accompagne ensuite le patient vers l’atteinte totale de son objectif.

 Phase 5 : Installation

Renforcement des croyances positives

L’objectif consiste à concentrer et renforcer la croyance positive identifiée par le patient pour remplacer sa croyance initialement négative. Par exemple, il peut commencer par visualiser le fait d’avoir été confronté à la violence de son père et d’avoir adopté la croyance négative « Je suis impuissant. » Pendant la phase de désensibilisation, le patient revit la terreur de cet événement de son enfance et prend conscience qu’en tant qu’adulte, il possède désormais la force et les choix qui lui manquaient autrefois.
Durant cette cinquième étape du traitement, la confiance de la personne en sa capacité à maîtriser la situation est renforcée. Ensuite, on évalue la profondeur de cette croyance à l’aide de l’échelle de validité de la cognition (VOC) afin d’atteindre un score de 7 (complètement vrai). L’objectif est que la personne puisse pleinement adhérer à cette affirmation positive.
Heureusement, tout comme l’EMDR ne peut contraindre quelqu’un à se débarrasser de sentiments négatifs justifiés, il ne peut pas non plus induire de fausses croyances positives. Ainsi, si une personne est consciente de la nécessité d’acquérir une nouvelle compétence, comme une formation à l’autodéfense, pour réellement reprendre le contrôle de la situation, la validité de cette croyance positive sera évaluée à un niveau spécifique, par exemple 5 ou 6 sur l’échelle VOC.

 Phase 6: Body Scan

Identification et traitement des tensions corporelles

Une fois que la pensée positive a été intégrée et renforcée, le thérapeute encourage la personne à revisiter l’événement initial en question et à identifier toute tension persistante dans son corps. En cas de sensations résiduelles, celles-ci sont ciblées et traitées avant d’être réévaluées.
L’analyse de milliers de séances d’EMDR révèle une réaction physique aux pensées non résolues. Des études indépendantes sur la mémoire ont validé cette découverte, montrant que lorsqu’un individu est impacté négativement par un traumatisme, les détails de l’événement traumatisant sont inscrits dans la mémoire corporelle plutôt que dans la mémoire narrative. Ces détails demeurent alors connectés aux émotions négatives et aux sensations physiques de l’événement initial. Cependant, une fois ces détails traités, ils peuvent migrer vers la mémoire narrative, permettant ainsi une disparition des sensations physiques et des émotions négatives associées.
Pour qu’une séance d’EMDR soit réussie, le patient doit être capable d’aborder la cible initiale sans ressentir de tension corporelle. Les croyances positives qui émergent après une séance fructueuse doivent être solidement ancrées bien au-delà du domaine intellectuel, qui demeure quant à lui superficiel.

 Phase 7: Clôture

Assurer une fin de séance positive et informative
Chaque séance de traitement devrait se conclure de façon appropriée pour s’assurer que la personne reparte en se sentant mieux qu’à son arrivée.
Pour garantir un traitement complet du traumatisme spécifique, le thérapeute peut utiliser diverses techniques d’auto-apaisement si une seule séance ne suffit pas. Durant la thérapie EMDR, le patient conserve le contrôle (il peut interrompre la séance à tout moment si besoin) et doit se sentir maître de la situation, même en dehors du contexte thérapeutique.
Pour anticiper les attentes entre les séances (certains processus peuvent se prolonger, de nouveaux éléments peuvent émerger), le patient en est informé. De plus, il comprend comment consigner ces expériences dans un journal et quels sont les moyens de relaxation efficaces pour apaiser son esprit en dehors des séances de thérapie.

 Phase 8: Réévaluation

Suivi et ajustement du traitement

À chaque séance, la réévaluation guide le thérapeute pour concevoir des traitements personnalisés visant à résoudre les problèmes du patient. Tout au long du processus thérapeutique, cette étape évalue l’efficacité du traitement à long terme. Bien que l’EMDR puisse offrir un soulagement immédiat, il est tout aussi essentiel de suivre attentivement les huit phases du traitement que de respecter un cycle complet d’antibiotiques prescrit par un médecin en cas d’infection.

 c) Rôle des modèles passés, présents et futurs

Pour garantir l’efficacité de la thérapie EMDR, il est nécessaire d’explorer :
  1. Les souvenirs passés associés à la problématique,
  2. les situations actuelles perturbantes,
  3. Les compétences nécessaires au client pour son futur.

 

Conclusion 

  Résumé des Bénéfices

  Avantages de l’EMDR comme outil thérapeutique complet

La thérapie EMDR se révèle être une méthode thérapeutique puissante et efficace, offrant une voie prometteuse vers la guérison pour ceux qui sont confrontés aux séquelles de traumatismes et d’expériences difficiles. À travers ses huit phases structurées, cette approche permet non seulement de traiter les traumatismes à leur racine mais aussi d’instaurer des croyances et émotions positives, favorisant ainsi une transformation profonde chez le patient.

L’EMDR se distingue par sa capacité à engager le patient dans un processus actif de retraitement et d’intégration, lui permettant de se libérer des chaînes du passé pour avancer vers un avenir plus serein et épanoui. Que ce soit par le biais des mouvements oculaires, des sons, ou des tapotements, cette thérapie ouvre la voie à des changements positifs et durables, en résonance avec les besoins et le rythme unique de chaque individu.

 

Bibliographie

Extraits ci-dessus de : F. Shapiro & M.S. Forrest (2004) EMDR : La thérapie révolutionnaire pour l’anxiété, le stress et les traumatismes. New York : BasicBooks. http://www.perseusbooksgroup.com/perseus-cgi-bin/display/0-465-04301-1
EMDRIA.org : A propose de la thérapie EMDR

 


Partager
Guérir des traumas
Logo
Shopping cart